La tétrahydrocannabivarine (THCV) est un cannabinoïde moins connu, mais très intéressant en termes de propriétés potentielles. Nous expliquons dans l'article suivant comment le THCV est produit dans la plante de chanvre, quels effets il peut déployer dans le corps et quelles sont les différences et les similitudes avec les cannabinoïdes les plus connus, le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD).

Qu'est-ce que la tétrahydrocannabivarine (THCV) ?

La plante de chanvre produit plus de 100 cannabinoïdes différents, dont le CBD et le THC sont les plus connus. De nos jours, d'autres cannabinoïdes attirent l'attention, tels que le cannabinoïde tétrahydrocannabivarine (THCV). Le mode d'action du THCV est particulièrement intéressant. En effet, alors qu'une dose élevée de THCV peut avoir un effet planant, tout comme le THC, une faible dose de THCV est comparable aux propriétés du cannabidiol. Avant d'aller plus loin, voyons d'abord comment le THCV apparaît dans la plante de chanvre.

La production de THCV dans la plante de chanvre

Afin de comprendre comment les cannabinoïdes sont produits, nous devons faire un détour du côté de la biosynthèse. Les jeunes plants de chanvre produisent l'acide cannabigérolique (CBGA) à partir des composés acide olivétolique et géranylpyrophosphate, qui forme d'autres acides cannabinoïdes - dont l'acide tétrahydrocannabinolique (THCA) et l'acide cannabidiolique (CBDA) - à l'aide de différentes enzymes.

De nombreux acides cannabinoïdes ont pour précurseur le CBGA, qui est également appelé la "mère de tous les cannabinoïdes" ou le "cannabinoïde mère".

En ce qui concerne le THCV, il est produit par le biais d'une autre étape de biosynthèse. En effet, le pyrophosphate de géranyle ne réagit pas avec l'acide olivétolique, mais avec l'acide divinolique, ce qui donne l'acide cannabigérovarique (CBGVA). Avec l'enzyme THCV-synthase, le CBGVA forme alors à la fin l'acide tétrahydrocannabivarique (THCVA).

À l'intérieur de la plante de chanvre, les cannabinoïdes se trouvent sous leur forme acide (acide). Ce n'est que par la décarboxylation, un processus de décomposition chimique, qu'une molécule de dioxyde de carbone est séparée, ce qui se produit naturellement sous l'effet du rayonnement solaire. Ce processus est accéléré par le chauffage du matériel végétal.

Les acides cannabinoïdes n'ont pas le même spectre d'action que les cannabinoïdes. Le THCA en est un bon exemple. En effet, contrairement au THC, cet acide n'entraînent pas d'effets psychoactifs et planants.

Le THCV - Les effets sur le corps

Comment le THCV agit-il dans le corps ?

Les cannabinoïdes de la plante de chanvre interagissent avec le système endocannabinoïde (SEC), une sorte de système de régulation impliqué dans différents processus de l'organisme, comme le sommeil, la digestion, l'équilibre hormonal ou le système immunitaire.

Le SEC se compose principalement des récepteurs cannabinoïdes 1 et 2 (CB1 et CB2), qui peuvent être détectés dans le cerveau, les organes et même la peau, ainsi que des endocannabinoïdes. Il s'agit de substances semblables aux cannabinoïdes que le corps produit lui-même et qui se lient aux récepteurs cannabinoïdes.

En interagissant également avec les récepteurs cannabinoïdes, les cannabinoïdes du chanvre peuvent déclencher différents effets. Bien que le THCV ait été découvert au début des années 1970, on sait encore peu de choses sur le mode d'action de ce cannabinoïde. On pense qu'à faible dose, le THCV peut agir comme un antagoniste des récepteurs CB1. Cela signifie que le THCV pourrait éventuellement être en mesure d'inhiber les effets enivrants du THC. En revanche, une dose plus élevée de THCV semble activer le récepteur, ce qui peut produire un effet enivrant similaire à celui du THC.

Bestseller
CBDVITAL Naturextrakt Premium 10% - Vorderansicht
Évaluation:
(35)
  • Huile de CBD à spectre complet Bio
  • 1000 mg de CBD avec 10 ml
  • Goût noisette
  • Huile de graines de chanvre bio
  • Bien-être et vitalité

Le THCV a-t-il un potentiel thérapeutique ?

Jusqu'à présent, la recherche ne s'est que peu intéressée au THCV. Certaines études isolées indiquent toutefois que ce cannabinoïde pourrait tout à fait avoir une utilité thérapeutique. Il est particulièrement intéressant de noter que le THCV, tout comme le CBD, peut influencer l'appétit.

Des études menées sur des animaux ont montré que le THCV pouvait réduire l'appétit et augmenter la sensation de satiété.[1] Les mécanismes d'action exacts ne sont toutefois pas encore clairs. On attribue également cet effet au CBD.

Par ailleurs, le THCV pourrait être une aide précieuse en cas d'intolérance au glucose chez les obèses et de résistance à l'insuline chez les diabétiques. C'est ce que suggèrent les résultats d'une étude dans laquelle des souris souffrant d'une intolérance au glucose ou d'une résistance à l'insuline ont été traitées avec du THCV.[2] Bien que les souris n'aient pas perdu de poids, la tolérance au glucose et la sensibilité à l'insuline se sont améliorées. Il manque cependant des études cliniques bien conçues (chez l'homme) pour pouvoir confirmer une efficacité.

THCV et épilepsie

Contrairement à la tétrahydrocannabivarine (THCV), le cannabidiol (CBD) a déjà fait l'objet de nombreuses recherches, notamment en ce qui concerne ses propriétés antiépileptiques.[3] Là encore, le THCV semble présenter des similitudes avec le CBD. Dans une étude, des chercheurs ont examiné le potentiel antispasmodique du cannabinoïde sur un modèle de crise chez le rat. [4] Les résultats indiquent que le THCV pourrait être utile dans le traitement des états d'hyperexcitation pathophysiologiques.

Ne manquez plus aucun article!

Vous recevrez régulièrement de nouveaux articles intéressants, des offres, des codes de réduction, des informations sur les produits ainsi qu'un bon d'achat de 5€ sur votre prochaine commande.

Spectre d'action antipsychotique du THCV

En travaillant sur des rats, les chercheurs ont découvert que le THCV pouvait renforcer l'activation des récepteurs 5-HT1A et avait des effets similaires à ceux du neuroleptique clozapine, qui bloque l'action de différents neurotransmetteurs comme la sérotonine, la dopamine et l'adrénaline dans le cerveau.

Pour provoquer un état psychotique, les rats ont reçu un stupéfiant et hallucinogène, la phéncyclidine. L'administration de THCV a ensuite réduit le comportement stéréotypé des rats et a permis de normaliser à la fois leur comportement social et leurs performances cognitives.[5] Sur ce point aussi, il manque des études cliniques bien conçues (sur l'homme) pour pouvoir confirmer une efficacité.

THCV vs. CBD

Bien que le THCV et le CBD aient quelques points communs, il existe néanmoins des différences :

  • Le THCV peut, à des doses plus élevées, provoquer un effet psychotrope similaire à celui du THC. Le CBD ne peut pas provoquer un tel type d'état. Il faut noter que le CBD ne constitue pas un danger, même en cas de consommation abusive de CBD. 
  • Le spectre d'action et les effets secondaires du THCV ainsi que les interactions entre le THCV et les médicaments n'ont pas fait l'objet de recherches suffisantes pour que le THCV soit considéré comme sûr et sans danger. En revanche, la recherche sur le CBD est déjà bien avancée. D'ailleurs, le CBD est considéré par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme "généralement bien toléré et présentant un bon profil de sécurité".[7]
  • La classification juridique du THCV n'est pas claire. Cependant, on peut supposer que le cannabinoïde peut être classé comme stupéfiant, tout comme le THC. En revanche, le CBD ne tombe pas sous le coup de la loi sur les stupéfiants.

Conclusion

La tétrahydrocannabivarine (THCV) est un cannabinoïde intéressant qui peut avoir des effets similaires à ceux du CBD - mais qui peut aussi, en fonction du dosage, avoir des effets psychotropes comme le THC. Le fait qu'il n'existe pratiquement aucune étude sur le THCV pose également problème.Ni les mécanismes d'action exacts, ni les effets secondaires possibles, ni les interactions entre le THCV et les médicaments n'ont été suffisamment étudiés. Certes, le THCV possède un potentiel thérapeutique, comme l'indiquent les études sur les animaux. Cependant, de nombreuses recherches sont encore nécessaires pour attribuer au cannabinoïde certains modes d'action.

Sources et études

[1] Abioye, A. et al. (2020). Δ9-Tetrahydrocannabivarin (THCV): a commentary on potential therapeutic benefit for the management of obesity and diabetes. J Cannabis Res. 2020 Jan 31;2(1):6. doi: 10.1186/s42238-020-0016-7. PMID: 33526143; PMCID: PMC7819335. Téléchargement du 14. mars 2023, de [Source]

[2] Wargent, E. et al. (2020). The cannabinoid Δ(9)-tetrahydrocannabivarin (THCV) ameliorates insulin sensitivity in two mouse models of obesity. Nutr Diabetes. 2013 May 27;3(5):e68. doi: 10.1038/nutd.2013.9. PMID: 23712280; PMCID: PMC3671751. Téléchargement du 14. mars 2023, de [Source]

[3] Arzimanoglou, A. (2020). The Cannabinoids International Experts Panel; Collaborators. Epilepsy and cannabidiol: a guide to treatment. Epileptic Disord. 2020 Feb 1;22(1):1-14. doi: 10.1684/epd.2020.1141. PMID: 32096470. Téléchargement du 23. mars 2023, de [Source]

[4] Hill, A. et al., (2010). Δ⁹-Tetrahydrocannabivarin suppresses in vitro epileptiform and in vivo seizure activity in adult rats. Epilepsia. 2010 Aug;51(8):1522-32. doi: 10.1111/j.1528-1167.2010.02523.x. Epub 2010 Feb 26. PMID: 20196794. Téléchargement du 23. mars 2023, de [Source]

[5] Linge, R. et al. (2016). Cannabidiol induces rapid-acting antidepressant-like effects and enhances cortical 5-HT/glutamate neurotransmission: role of 5-HT1A receptors. Neuropharmacology. 2016 Apr;103:16-26. doi: 10.1016/j.neuropharm.2015.12.017. Epub 2015 Dec 19. PMID: 26711860. Téléchargement du 23. mars 2023, de [Source]

[6] Solowij, N. (2019). A randomised controlled trial of vaporised Δ9-tetrahydrocannabinol and cannabidiol alone and in combination in frequent and infrequent cannabis users: acute intoxication effects. Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci. 2019 Feb;269(1):17-35. doi: 10.1007/s00406-019-00978-2. Epub 2019 Jan 19. PMID: 30661105. Téléchargement du 23. mars 2023, de [Source]

[7] World Health Organization, (2018). Expert Committee on Drug Dependence. Téléchargement du 23. mars 2023, de [Source]