Le THC fait partie des 113 cannabinoïdes de la plante de chanvre. La substance est surtout connue pour ses propriétés euphorisantes. Il est important de savoir comment le cannabinoïde agit sur notre corps et pourquoi il est si important de différencier le THC des autres cannabinoïdes.

Bestseller
Huile de CBD Extrait naturel Premium 5%
Évaluation:
(18)
  • Huile de CBD à spectre complet Bio
  • 500 mg de CBD avec 10 ml
  • Saveur de noix douce
  • Huile de graines de chanvre bio
  • Bien-être et vitalité

Définition : Qu'est-ce-que le THC ?

Le THC, aussi connu sous le nom de Delta-9-Tetrahydrocannabinol est l'un des cannabinoïdes les plus connus et les plus étudiés du chanvre. Ceux-ci sont utilisés depuis la nuit des temps par l'homme en raison de leurs nombreuses propriétés.

Curieusement, la plante de chanvre a été victime d'une mauvaise réputation pendant un certain temps, la faute au THC. Vous vous demandez pourquoi ? Le THC est responsable des effets euphorisants lorsqu'on consomme du chanvre. Le THC, aussi appelé marijuana, herbe ou haschich est classé parmi les drogues. À l'exception de certains pays, il est illégal d'en posséder, d'en consommer mais aussi d'en cultiver et de le faire circuler.

La différence entre le THC et les autres cannabinoïdes

Le chanvre contient 113 autres cannabinoïdes en plus du THC, tels que le CBD, le CBG ou le CBN, tous uniques pour leurs effets et ils ne sont pas psychotropes. Cependant, la réputation du THC leur a très longtemps fait de l'ombre. Depuis, les cannabinoïdes sont vus différement en opposition au chanvre contenant du THC.

En revanche, le CBD est une substance végétale légale et non psychotrope, contrairement au THC. Elle a été approuvée parmi les substances sûres par l'OMS.

Des méthodes scientifiques modernes permettent d'extraire seulement certains cannabinoïdes du matériel végétal et de se séparer du THC. Les huiles de CBD sont ainsi garanties sans THC ou contiennent alors un pourcentage de THC pratiquement indétectable, situé en-dessous de la limite légale. Il est ainsi possible de bénéficier des avantages thérapeutiques de la plante de chanvre, sans les risques et les difficultés entraînés par les effets psychotropes du THC.

Vous voulez en savoir plus sur les différences entre le THC & le CBD ? Aucun problème ! Cet autre article résume les différences pour vous. 

Où trouve-t-on le THC ?

Le THC est principalement extrait des fleurs de cannabis femelles non fécondées. Dans celles-ci, le taux de THC est le plus haut, allant de 6 à 20 %. En effet, les autres parties de la plante ont seulement 1 pourcent de THC. Il est même quasiment nul dans les graines de chanvre. [1]. Mais ce que beaucoup de personnes ignorent : La consommation de feuilles ou de fleurs de chanvre crues ne suffit pas à elle seule à provoquer des effets psychotropes. Avant d'être consommé, le cannabinoïde doit d'abord être activé, car il se trouve sous sa forme inactive dans la plante crue.

Où trouver du THC ? (Tetrahydrocannabinol)

Comment se forme le THC ?

La biosynthèse: le THC est présent dans la plante de cannabis sous sa forme inactive, appelée THCA. Au cours de la décarboxylation (chauffage), le précurseur acide THCA est transformé en THC. C'est seulement à ce moment-là que la plante de chanvre développe ses effets grisants. Fumer du chanvre est donc le moyen le plus simple et le plus rapide de former du THC.

Nos experts CBD VITAL se réjouissent de vous entendre et se feront un plaisir de vous aider !

Vous pouvez nous contacter du lundi au vendredi de 08h à 17h.

Mail
Écrivez-nous un message Formulaire de contact
Appelez-nous
Appelez-nous 08 00 94 17 01

Les effets du THC

Le THC a une structure chimique très similaire à celle de l'anandamide, une substance chimique produite par l'organisme. Cette ressemblance permet au THC d'être immédiatement reconnu par le corps et de lui faire modifier la communication cérébrale normale. Ainsi, le THC va agir sur le système endocannabinoïde (réseau de communication neuronale qui joue un rôle important dans le fonctionnement normal du système nerveux). Étant un cannabinoïde endogène, le THC vient se lier de l'extérieur aux récepteurs cannabinoïdes (récepteurs CB1 & CB2) et les active. Les zones suivantes sont influencées par la consommation de THC :

  • Volonté
  • Mémoire
  • Capacités à réfléchir
  • Concentration
  • Mouvements
  • Coordination
  • Perceptions temporelles et sensorielles[1]

Pourquoi le THC est-il planant ?

En se fixant sur les différents récepteurs du cerveau, le THC altère les fonctions mentales et physiques. Cela conduit à l'état que l'on appelle familièrement stone. Une telle perturbation du système peut avoir des conséquences profondes - et c'est aussi la raison pour laquelle on ne peut plus conduire en toute sécurité après avoir consommé du THC ou pourquoi on a des problèmes pour faire du sport ou d'autres activités physiques.

Les effets secondaires du THC

Les effets secondaires du THC dépendent de la fréquence de consommation et de la quantité consommée. Voici un rapide aperçu des conséquences à court et long terme d'une consommation de THC.

Les effets secondaires possibles d'une simple consommation

  • Mémoire à court terme affectée
  • Troubles de la motricité
  • Risques accrus de blessures
  • Capacité à conduire altérée
  • Un jugement faussé des situations
  • De la paranoïa et des psychoses importantes

Les effets secondaires possibles d'une consommation longue et forte

  • Dépendance
  • Développement du cerveau altéré*
  • Un niveau d'éducation inférieur*
  • Des troubles cognitifs*
  • Une baisse de la satisfaction existentielle et des performances*
  • Des signes d'une bronchite chronique
  • Un risque plus élevé de psychose chronique [6]

*L'ampleur des effets est fortement liée à la consommation initiale de marijuana à l'adolescence [6].

„La consommation régulière de marijuana à l'adolescence est particulièrement préoccupante, car elle est associée à un risque accru de conséquences néfastes à un moment crucial du développement", comme le soulignent les chercheurs d'une étude. [6]

L'effet du THC sur le cerveau

L'effet du THC sur le cerveau

Le THC peut, à long terme, modifier les zones cérébrales responsables de la mémoire et de l'attention. Cela peut conduire à des troubles cognitifs et des difficultés d'apprentissage, ainsi qu'à une capacité réduite à effectuer des tâches compliquées.  

De hautes doses de THC peuvent mener à des psychoses subites, y compris des hallucinations, une imagination folle et des confusions d'identité.

Par ailleurs, le THC active aussi le système de récompense du cerveau. La consommation de THC libère elle aussi de la dopamine à des concentrations plus élevées, comme c'est le cas lors d'une consommation excessive de médicaments. Pour le cerveau, la libération de dopamine a pour effet de lui apprendre à reproduire le même comportement. Un fait qui explique les propriétés addictives de la marijuana [1].

Le THC endommage-t-il le cerveau ?

L'influence du THC sur le cerveau fait toujours l'objet de nombreux débats. En effet, de plus en plus d'études se penchent sur la question. Des preuves issues de l'expérimentation animale et des études sur l'homme indiquent que la consommation de THC peut provoquer à long terme des modifications néfastes dans le cerveau, en particulier durant la phase de développement [3].

Selon une étude menée auprès de 3385 participants, une consommation précoce de marijuana a un lien avec la détérioration de la mémoire mais ne semble pas affecter d'autres domaines de la fonction cognitive [4].

De manière générale, les recherches sur les adolescents et les adultes montrent que les répercussions à long terme dépendent des facteurs suivants :

  • Le début de la consommation (à l'adolescence ou au début de la vie d'adulte)
  • Des doses importantes
  • La fréquence

Ainsi, les personnes qui ont commencé à consommer du cannabis à un âge précoce présenteraient un risque plus élevé de conséquences à long terme que les personnes qui consomment du THC pour la première fois à l'âge adulte.

Ne manquez plus aucun article!

Vous recevrez régulièrement de nouveaux articles intéressants, des offres, des codes de réduction, des informations sur les produits ainsi qu'un bon d'achat de 5€ sur votre prochaine commande.

Le risque juridique d'une consommation de THC

Le THC est interdit dans la plupart des pays et soumis à la loi sur les stupéfiants. En Europe, les variétés de chanvre commercial spécialement certifiées, avec un taux de THC inférieur à 0,2 %, ainsi que le cannabis à usage médical ne sont pas concernées. Depuis 2017, le THC à usage thérapeutique peut être prescrit par les médecins en Allemagne. Cependant, uniquement en tenant compte de conditions strictes. Les réglementations varient d'un pays à l'autre.

La consommation de THC peut avoir de graves conséquences, notamment dans le cadre de la circulation routière. De plus, le tétrahydrocannabinol figure sur la liste des substances interdites de l'Agence mondiale antidopage. L'utilisation du cannabinoïde peut signifier la fin de la carrière sportive des athlètes.

Bon à savoir : le CBD a été retiré de la liste des substances interdites en 2018. Cette substance non psychotrope est notamment plébiscitée par les grands sportifs et les sportifs amateurs.

La consommation de THC est illégale

Pendant combien de temps peut-on détecter le THC ?

Le THC et ses résidus peuvent être identifiés au moyen d'un test de drogue. La durée de présence du THC dans le sang, la salive ou les urines dépend de plusieurs facteurs. Notamment la fréquence, la dose/puissance du cannabis consommé mais aussi l'état général de la personne.

Voici les résultats d'une étude menée auprès de 21 participants sur le taux de THC subsistant dans le sang, les urines ou la salive après une importante consommation de cannabis :

  • Le THC a pu être constaté dans la salive jusqu'à 3 jours après la fin de la consommation.
  • Le THC a encore pu être détecté au minimum 7 jours après dans le sang.
  • La concentration de THC dans l'urine était encore haute après 5 jours [7].

De manière générale : plus on consomme de cannabis, plus on trouve des dégradés du THC dans le corps. Les traces dans le sang, l'urine etc. restent également plus tenaces. 

Les utilisations médicales complémentaires du THC

De nombreuses études ont d'ores et déjà prouvé les avantages potentiels du THC pour diverses problématiques. Par conséquent, l'expérimentation du cannabis médical en France a déjà débuté. Néanmoins, des preuves supplémentaires sont nécessaires pour mieux comprendre les effets et les conséquences du THC sur certaines pathologies.

Conclusion

Le THC est le stupéfiant le plus répandu au monde après l'alcool, à la différence près qu'il est moins bien accepté par la société et qu'il est illégal. Et ce quel que soit la manière dont il est perçu par la société et sa situation juridique, la règle suivante s'applique à tous les stupéfiants : toute substance stupéfiante peut provoquer des dommages irréversibles dans l'organisme. Plus la dose est élevée, plus le poison est important, surtout à l'adolescence.

Cela dit, le THC ne constitue qu'un des nombreux autres cannabinoïdes de la plante de chanvre. Il est important de le différencier clairement des autres cannabinoïdes. Ce faisant, il sera possible à l'avenir de mieux comprendre les avantages thérapeutiques de la plante de chanvre - tout comme de savoir que ce potentiel peut être utilisé légalement et, surtout, sans effets narcotiques. Avec des huiles de CBD pures et certifiées bio pour votre bien-être, vous ne prenez aucun risque. Une alternative naturelle pour se sentir mieux dans son corps, en toute légalité et de manière naturelle.

Sources

[1] Leafly. (o.J.) Delta-9-Tetrahydrocannabinol (THC). Download vom 09. August 2020, von [Quelle]

[2] National Institute on Drug Abuse. (2020). Wie entfaltet Marihuana seine Wirkung? Forschungsbericht. Download vom 09. August 2021, von [Quelle]

[3] National Institute on Drug Abuse. (2020). Was sind die langfristigen Auswirkungen von Marihuana auf das Gehirn? Download vom 09. August 2021, von [Quelle]

[4] Auer, R. (2016). Zusammenhang zwischen lebenslangem Marihuanakonsum und kognitiver Funktion im mittleren Alter: Die Entwicklung des Koronararterienrisikos bei jungen Erwachsenen (CARDIA)-Studie. JAMA Praktikant Med. Download vom 09. August 2021, von [Quelle]

[5] Müller-Vahl, K. (2017). Medizinisches Cannabis: Die wichtigsten Änderungen. Deutsches Ärzteblatt. 114 (8). Download vom 09. August 2021, von [Quelle]

[6] Volkow, N. (2014). Gesundheitsschädliche Auswirkungen des Marihuana-Konsums. The New England Journal of Medicine. 370(23). S. 2219-2227. Download vom 10. August 20021, von [Quelle]

[7] Odell, M. (2015). Restwerte von Cannabis in Blut, Urin und Mundflüssigkeit nach starkem Cannabiskonsum. Forensische Wissenschaft International. (249). S. 173-180). Download vom 11. August 2021, von [Quelle]